Technologie et logements - Partie1

Article verrouillé Publié le par Me Jean-Olivier Reed

Sujet(s): Juridique

(1) Voiture électrique : ne pas se faire surprendre

La vague de popularité des voitures électriques bat son plein au Québec et met en lumière une nouvelle problématique dans les immeubles locatifs : de l'utilisation de l'électricité commune de l'immeuble sans autorisation pour recharger la voiture à l'encombrement des longues extensions traversant le stationnement, les propriétaires sont souvent pris au dépourvu avec cette nouvelle réalité.

Premièrement, on se rend compte que les locataires qui sont propriétaires de telles voitures ne prennent généralement pas le temps de vérifier la capacité de l'immeuble à accueillir ou fournir le service de recharge. Le locataire alors pris au dépourvu use de stratagème et procède à des installations parfois précaires et dangereuses pour recharger leurs voitures.

Conseil préventifs aux propriétaires

Premièrement, ne pas se gêner d'inscrire dans l'annonce de logement à louer que l'immeuble n'a pas d'installation pour recharger les voitures électriques et qu'il ne sera pas possible de le faire.

Deuxièmement, ne pas se gêner d'ajouter dans les règlements d'immeuble tant pour les nouveaux locataires que les locataires actuels que ceux-ci n'ont pas le droit d'utiliser le prises de courant communes pour des fins personnelles ou pour recharger leurs voitures. Non plus de procéder à des modifications électriques quelles qu'elles soient.

Bien qu'elle est souhaité, l'installation des bornes de recharge dans les immeubles à multilogements est complexe notamment pour relier celle-ci aux panneaux électriques des locataires spécifiques, leur coût dissuasif et les inégalités que cela peut créer entre les locataires rend cette installation encore théorique au Québec dans les parcs d'immeubles multilogements au Québec.

En aucun cas, vous devriez laisser votre locataire gérer l'installation d'une telle borne ou toute autre installation électrique en vue de recharger une voiture. Elle pourrait mettre en péril l'assurabilité et la sécurité de votre immeuble.

0 Réponse à “Technologie et logements - Partie1”

Laisser un commentaire