Banque Manuvie : 3 Canadiens sur 4 qui veulent acheter une propriété n'en ont pas les moyens

Publié le par Service des communications

Sujet(s): Immobilier

Banque Manuvie : 3 Canadiens sur 4 qui veulent acheter une propriété n'en ont pas les moyens

Le sondage sur l'endettement de la Banque Manuvie révèle que l'accès à la propriété est hors de portée

  • Sept Canadiens sur dix (71 %) qui ne sont pas propriétaires sont préoccupés par le fait d'épargner pour une habitation, et quatre sur dix (39 %) s'en inquiètent beaucoup.
  • Le tiers (33 %) des propriétaires admettent avoir eu besoin de l'aide de leurs parents pour acheter leur première habitation :
    • cela inclut près de la moitié des propriétaires qui font partie de la génération Z (47 %) et
    • de la génération Y (46 %).
  • Les trois cinquièmes (61 %) des Canadiens interrogés ont indiqué que le coût de la vie avait augmenté pour leur ménage.

TORONTO, le 16 juin 2021 /CNW/ - Environ trois quarts des Canadiens n'ont plus les moyens d'être propriétaires en raison des prix de l'immobilier, qui ont atteint un sommet record et continuent d'augmenter, selon le sondage l'endettement de la Banque Manuvie.

Les prix des habitations ont atteint un sommet historique et connaissent aux quatre coins du pays une augmentation qui n'en finit pas, ce qui rend l'accès à la propriété de plus en plus difficile pour de nombreux Canadiens. Les trois quarts (75 %) de ceux qui ne sont pas propriétaires d'une habitation veulent en posséder une, mais n'en ont pas les moyens. Les deux tiers (67 %) s'inquiètent du prix des logements dans leur collectivité, ce qui porte à croire qu'ils pourraient devoir déménager dans une autre collectivité s'ils décident d'acheter une habitation. Sept Canadiens sur dix (71 %) qui ne sont pas propriétaires sont préoccupés par le fait d'épargner pour une habitation, et quatre sur dix (39 %) s'en inquiètent beaucoup.

« Comme les prix de l'immobilier empêchent de nombreux Canadiens d'accéder à la propriété, les jeunes générations sont forcées de se tourner vers leurs parents pour combler l'écart », a déclaré Rick Lunny, président et chef de la direction, Banque Manuvie. « Bien que cette solution puisse être efficace à court terme, elle peut en fait empirer le problème. C'est pourquoi il est très important de disposer d'une certaine souplesse financière, surtout lorsqu'on envisage d'acheter une habitation, peu importe la conjoncture financière. »

La crise du logement a été bien documentée, et les données du sondage sur l'endettement de la Banque Manuvie mettent en exergue le fait que l'abordabilité du logement est un problème majeur pour les Canadiens. Les résultats semblent aussi indiquer que le coût de la vie pourrait augmenter trop rapidement.

Les trois cinquièmes (61 %) des Canadiens interrogés ont indiqué que le coût de la vie avait augmenté pour leur ménage au cours de la dernière année, et très peu (7 %) pensent que le coût de la vie pour leur ménage a diminué. Ce constat laisse à penser que les salaires n'augmentent peut-être pas au rythme de l'inflation, ce qui pourrait être préoccupant.

Qui a pu accéder à la propriété? Bien que les membres de la génération Z et de la génération Y soient beaucoup plus susceptibles de déclarer avoir acheté une nouvelle habitation durant la pandémie, ils sont nombreux à dire que c'est grâce à leurs parents. En effet, près d'un parent sur dix (7 %) a aidé ses enfants adultes à acheter une habitation pendant la pandémie. Par ailleurs, 5 % des personnes de ce groupe qui ont aussi un prêt hypothécaire sont allées plus loin et ont utilisé la valeur nette de leur propre habitation pour aider leurs enfants adultes à faire l'acquisition d'une habitation.

Pour ce qui est de la prochaine génération, plus de quatre personnes sur cinq (85 %) ayant de jeunes enfants craignent que le marché immobilier ne soit plus abordable plus tard, lorsque leurs enfants seront prêts à devenir propriétaires. Il convient également de noter que plus de la moitié (51 %) des Canadiens qui ont un prêt hypothécaire sont préoccupés par leurs paiements hypothécaires et qu'un tiers (33 %) des propriétaires admettent avoir eu besoin de l'aide de leurs parents pour acheter leur première habitation, ce chiffre incluant près de la moitié de tous les propriétaires qui font partie de la génération Z (47 %) et de la génération Y (46 %).

« Selon les résultats de notre sondage, 72 % des Canadiens admettent ne pas avoir de plan financier écrit et seulement un tiers (35 %) de ceux qui sont endettés ont établi une stratégie pour rembourser leurs dettes, a expliqué M. Lunny. Le fait de déterminer où va votre argent, de trouver des moyens d'épargner davantage et de réduire vos dépenses actuelles peut vous aider à vous sentir plus en contrôle de vos finances pour atteindre des objectifs plus ambitieux comme l'accès à la propriété. »

Pour en savoir plus sur le sondage sur l'endettement de la Banque Manuvie du Canada et sur les façons de gérer vos finances, rendez-vous à https://www.banquemanuvie.ca/recherche-endettement.

0 Réponse à “Banque Manuvie : 3 Canadiens sur 4 qui veulent acheter une propriété n'en ont pas les moyens”

Laisser un commentaire